Cérémonie d’hommage aux victimes de la fusillade du 24 mai 2014 au Musée Juif de Belgique.

Moment très émouvant: Shira et Ayelet Riva allument deux bougies en souvenir de leurs parents

Myriam et et Emmanuel Riva assassinés le 24 mai 2014 au Musée Juif de Belgique

 

C’est une Belgique unie et solidaire qui a rendu hommage aux quatre victimes de la fusillade du 24 mai 2014. Parmi les 500 personnes rassemblées on reconnaissait de nombreuses personnalités politiques de tous les niveaux de pouvoir, des représentants des différents cultes, de la société civile. Et surtout, les familles des victimes ainsi que le personnel du Musée Juif de Belgique.

 

Spécialement venues d’Israël, Shira et Ayelet Riva, filles du couple assassiné, ont allumé les deux premières bougies en souvenir de leurs parents. C’est ensuite l’ambassadeur de Belgique en Israël, l’ambassadeur d’Israël en Belgique et le Baron J. Klener, ancien Président du Consistoire, qui ont allumé la troisième bougie en hommage à Dominique Sabrier.  La dernière bougie fut allumée à la mémoire de la quatrième victime, Alexandre Strens, par l’Archevêque de Malines-Bruxelles, par le Grand Rabbin de Bruxelles, par la secrétaire générale du Centre d’Action Laïque et par le Président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique.  Ces personnalités ont ainsi marqué cette volonté d’unité autour de l’idée exprimée par M. Markiewicz « .. qu’il faut absolument que la démocratie éclairée l’emporte en Belgique et en Europe. »

 

«Chère Shira, chère Ayelet, quand vous rentrerez en Israël, dites bien que ce ne sont pas uniquement les juifs de Belgique qui ont partagé votre peine mais bien toutes les composantes de la population du pays, qu’elles soient chrétienne, musulmane ou laïque.» La volonté de Philippe Markiewicz, le président du Consistoire était claire: rassembler et non diviser, fermement décider que «..tous ensemble, plus que jamais, nous sommes prêts à lutter contre cet extrémisme aveugle qui nous atteint tous.»

 

Dans son allocution, le Président du Musée Juif de Belgique, Philippe Blondin, rappelle qui étaient les quatre victimes de la fusillade avant de parler de la mission du musée «.. tous ces messages de sympathie attestent que la mission remplie par notre musée est appréciée par tous et nous renforcent dans notre volonté, fidèles à notre idéal, de continuer nos activités culturelles avec encore plus de détermination et d’enthousiasme.»

 

Autre élément très marquant : la gratitude plusieurs fois exprimée aux autorités pour la protection apportée aux institutions juives. Serge Rozen, le nouveau président du CCOJB et Raphaël Werner (Forum der Joodse Organisaties) savent gré aux autorités qui assument pleinement leur devoir pour assurer la sécurité.

 

Le dernier discours, reproduit plus loin est celui du Grand Rabbin de Bruxelles, M. Albert Guigui. La musique et les chants très émouvants du Hazan, M. Israël Muller, ponctuent tous les discours. La cérémonie se termine par la prière des endeuillés, le Kaddich, et les hymnes nationaux, Brabançonne et Hatikva.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allocution prononcée par M. Albert Guigui, Grand Rabbin de Bruxelles

 

 

« Le cri du sang de ton frère monte du giron de la terre ». C’est ainsi que D-ieu s’adressa à Caïn après qu’il eut tué son frère Abel.

Aujourd’hui, c’est ce même cri que nous lançons : «  Le cri du sang des victimes du Musée Juif de Belgique monte des entrailles de la terre. »

 

Si nous commémorons aujourd’hui ce douloureux anniversaire, c’est parce que nous voulons que la mémoire des victimes de l’attentat du Musée Juif de Belgique reste vivante parmi nous à jamais. Si nous commémorons aujourd’hui ce douloureux anniversaire, c’est parce que nous pensons pouvoir en dégager des leçons pour le présent.

 

L’appel au passé n’a en effet de sens que s’il nous permet de dire notre détermination à désigner le mal et à le dénoncer. Surtout, surtout lorsque ce mal est perpétré au nom d’un D-ieu vers lequel, pourtant, on ne peut se tourner qu’en chérissant la vie. D-ieu est un D-ieu de vie, et il ne doit jamais être associé à la mort.

 

Nous lisons dans le livre de la Genèse : « Qui verse le sang de l’homme par un homme, son sang sera versé », verset que Rabbi Aquiba expliquait ainsi. Verser le sang est considéré comme amoindrir l’image divine. Et pourquoi ? Parce qu’il est dit également « D-ieu a fait l’homme à son image et à sa ressemblance ».

 

Mesdames, Messieurs !

Quelle réponse devons-nous apporter au questionnement de nos enfants, qui nous demandent qu’est-ce qu’on a fait, pourquoi y a-t-il des forces de police, ou des soldats à l’entrée de nos écoles ? À ces questions, à ces inquiétudes, nous avons une réponse: l’affirmation de la vie, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, sans lesquelles notre Europe n’est pas l’Europe. Ensemble, avec vous, renforçons aujourd’hui, encore plus fort, cette Europe dont nous sommes les messagers, où que nous nous trouvions. N’autorisons plus à s’exprimer dans nos murs, ceux qui font l’apologie de la haine et du terrorisme sur les réseaux sociaux ou sur les planches.

 

Rendons à l’Europe cette lumière qui éclaire les ténèbres et procure l’espoir. Enfin, sachons que dans ces temps d’épreuve, aujourd’hui comme hier, la meilleure manière de résister à la barbarie, la meilleure manière d’aimer et de renforcer l’Europe, c’est de croire en elle, de mieux s’entraider, et de mieux s’entraimer pour que vive la Belgique et que vive l’Europe.

 

Concluons par ce verset d’Isaie : «De leurs glaives, ils feront des socs de charrue ; de leurs lances des serpettes. Un peuple ne portera plus l’épée contre un autre peuple. Et on n’apprendra plus l’art de la guerre».

 

 

 

Photos Claude Volpony

Allumage de quatre bougies à la mémoire des quatre victimes de la fusillade.

de dr. à g: le President de l'Exécutif des Musulmans, M. Noredinne Smaili, l'Archévêque de Malines-Bruxelles, Mgr. André-Joseph Léonard,
la Secrétaire Générale du Centre d'Action Laïque, Mme Éliane De Proost et le Grand Rabbin de Bruxelles, M. Albert Guigui.

de dr. à g: l'Ambassadeur de Belgique en Israël, Comte J. Cornet cl'Elzius. l'ambassadeur dlsraël en Belgique M. Jacques Revah et l'ancien Président du Consistoire, Baron Julien Klener.