Le mot du Rabbin

Mahanaïm: Les deux camps

Jacob prit la route. Les anges de l'Eternel l'atteignirent. A leur vue, il dit : « C'est un camp de Dieu ! Et il appela cet endroit Mahanaïm (les deux camps) ».

Ce mot est d'une importance capitale pour chacun d’entre nous. Il résume en lui l'histoire du peuple juif. Cette histoire sera bicéphale. Elle se jouera en deux lieux différents. 

 
Israël d'une part, le lieu où s'est forgée l'histoire du peuple juif, lieu où s'est pétrie sa personnalité.

 

La diaspora, d'autre part, où le peuple juif a dû errer pendant des millénaires et où il continue à résider aujourd'hui, en masse.

 

Mahanaïm : Les deux camps : Israël et la diaspora.

 

Ces deux centres doivent s'unir aujourd'hui plus que jamais et se compléter mutuellement pour faire du peuple juif une seule entité.

Mahanaim : voilà un mot qui doit nous interpeller aujourd'hui.

Mahanaim : telle est la réponse que Jacob a consignée pour les générations à venir.

 

Solidarité : tel est le mot que nous devons tous conjuguer au quotidien. Nous devons être responsables les uns des autres.

 

Nous juifs de la diaspora, nous devons vivre la vie et le destin d'Israël. Si la tâche principale de la Diaspora est d'aider Israël à tous les niveaux, celle d'Israël doit être de revigorer le judaïsme de la Diaspora.

 

Il faut qu'Israël et la Diaspora soient le cœur et la conscience l'un de l'autre. L'un enrichissant l'autre.

 

Sans la Diaspora, Israël n'aurait qui interroger ni par qui se faire interroger.

Sans Israël, la Diaspora perdrait son honneur, sa dignité, voire même, sa raison d'être.

 

Ensemble, nous devons relever les défis qui nous sont lancés. Ensemble, nous devons forger une génération de jeunes juifs conscients de leurs valeurs et de leur tradition.

 

En l’absence de références, nous ne pourrons plus faire face aux vagues d'assimilation qui viennent emporter les forces vives de notre peuple.

 

Témoignons à Israël notre amour, car le soutien que nous lui apportons, la solidarité que nous lui témoignons, le combat que nous engageons pour lui du point de vue financier, de l'information, de la démystification, sont nécessaires et indispensables.

 

Notre effort doit être à la mesure de l'enjeu. Notre génération plus que toute autre est responsable du devenir du peuple juif et de la survie d'Israël.

 

Nous avons tendance à oublier souvent que nous vivons la concrétisation de l'espoir de deux mille ans d'exil et d'attente. Nous avons la chance de vivre la réalisation de la promesse divine tant attendue. Israël doit être l'objet de notre amour indéfectible et de notre fierté. Une partie de nous-mêmes. Témoignons-lui donc notre appui et notre soutien. 
 
 
Car, comme le souligne Ben-Gourion : « L'Etat d'Israël a fait redresser le dos de chaque juif où qu'il vive.

 

Il a sauvé des centaines de milliers de juifs de la pauvreté et de la dégénérescence de l'exil. Il les a transformés en juifs fiers et créateurs, bâtisseurs et défenseurs de leur pays.

 

Il a distillé un nouvel espoir dans le cœur des juifs impuissants et muselés d'Union Soviétique. Il a révélé l'extraordinaire capacité des juifs dans tous les domaines et fait renaître l'héroïsme juif. »